Premiers pas à Chiang Mai

J’avais déjà parlé de notre projet de partir voyager quelques mois en Asie. L’heure du départ a sonné, et voici déjà un mois que nous sommes à Chiang Mai, ville majeure du nord de la Thaïlande. L’heure pour un premier bilan.

Arrivée à Chiang Mai

Nous avons débarqué à Chiang Mai un vendredi matin, au lever du jour. L’aéroport est quelque peu surprenant. On est arrivés par un Dreamliner, avion de taille plutôt conséquente, dans un aéroport comparable au vieux terminal de Paris Beauvais. Vieux, pas très bien entretenu et, somme toute, pas super accueillant.

Première étape, le passage des douanes. Les photos et les pots-de-vin sont interdits, comme spécifié sur de nombreuses affiches. On montre son passeport et on regarde ses pieds. Quelques minutes et un tampon plus tard, on est officiellement en Thaïlande.

Après avoir récupéré les valises, on quitte la zone d’entrée sur le territoire, où quelques bagages sont scannés au hasard. On trouve les taxis à l’autre bout de l’aéroport. Les prix sont très clairs: 150 baht pour aller au centre-ville, soit un peu plus de 4 euros. Après quelques minutes de route sur des avenues encore tranquilles à cette heure-ci, on arrive dans le cœur de Chiang Mai, déjà animé. Le chauffeur nous dépose à l’entrée de notre rue – ou plutôt, de notre allée, semblable à tant d’autres qui émaillent Chiang Mai, sans trottoirs et où les voitures un peu plus larges galèrent à passer.

Rue de l’hôtel, près d’une artère active mais un peu en retrait.

Découverte de Chiang Mai

Il n’y a pas que les voitures qui galèrent pour traverser Chiang Mai. En termes d’accessibilité, la ville est assez loin de ce que l’on peut connaître en France. Oubliés, les trottoirs bien entretenus, les passages zébrés et les zones piétonnes. Ici, se déplacer à pied peut vite devenir un véritable enfer. Entre les scooters qui se faufilent n’importe où et les pots d’échappements d’une circulation souvent très dense, il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de décider de marcher. D’ailleurs, je ferai bientôt un article sur les transports à Chiang Mai et leurs particularités.

Des temples et des hommes

Chiang Mai se compose de plusieurs quartiers distincts. La vieille ville, au centre, est en réalité un grand carré entouré d’un vestige de mur et d’un canal. Dans ses rues se trouvent d’innombrables temples, échoppes et restaurants. De nombreux temples, en particulier le Wat Chedi Luang et sa grande tour de pierre (chédi), valent le détour. Ce sont souvent des lieux réellement vivants, où de nombreux croyants se rendent pour prier. Il n’est pas rare, aussi, de croiser des moines en robe orange un peu partout dans la ville.

Wat Chedi Luan

En se baladant dans les artères principales de la vieille ville de Chiang Mai, on se demande parfois où est passée la population locale tant il y a de touristes. Mais il suffit de quitter un peu l’hypercentre – sans même sortir du carré du vieux Chiang Mai – pour voir une ville complètement différente, où la communication en anglais n’est plus garantie et où le dépaysement est encore plus total.

Manger à Chiang Mai

Une préoccupation, et non des moindres, est la nourriture. Le Centre des vaccinations qu’on a visité avant de partir nous a mis en garde contre les nombreux risques sanitaires. On nous a averti contre pas mal de choses: eau du robinet, crudités mal lavés, glaces artisanales, etc.

Il y a toutefois une multitude d’endroits où manger à Chiang Mai. Le choix relève surtout du bon sens: il peut être risqué de prendre des fruits de mer à un étal dans la rue, ou de se rendre dans un restaurant peu fréquenté à l’hygiène douteuse. Personnellement, je suis assez à cheval sur la question. Mais je n’ai eu aucun mal à trouver de la nourriture succulente et abordable. Et si on ne fait pas confiance à son instinct, il y a de nombreux restaurants qui arborent fièrement un panneau « TripAdvisor » pour indiquer que les usagers du célèbre site l’ont recommandé. En outre, la FDA [Food and Drug Administration] thaïlandaise a mis en place un système appelé « Good Food, Good Eat » en association avec l’OMS. Les restaurants qui portent ce panneau sont régulièrement inspectés et leur respect de l’hygiène est plutôt garanti. Un article du blog sera bientôt consacré à la nourriture à Chiang Mai.

On trouve à manger un peu partout… et un peu de tout

Bilan du premier mois à Chiang Mai

Chiang Mai m’apporte tout ce que je recherchais en ce début de voyage: dépaysement, découverte culturelle, visite de lieux nouveaux. Il y a beaucoup à voir et à faire, et on n’a pas le temps de s’ennuyer. Ce premier mois est passé si vite que je n’ai pas trouvé le temps d’en parler sur le blog. Et, une fois qu’on a fait le tour de ce qui nous intéresse dans la ville même, il reste de nombreux endroits à explorer dans les parcs nationaux environnants – car il ne faut pas oublier que Chiang Mai est une ville bordée par la jungle située juste au pied des montagnes.

Alors, je vous dis à bientôt sur youppiyeah.com pour de nouvelles aventures à Chiang Mai!

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.