Du leshen au spriggan, les gardiens des forêts

leshen dans witcher 3

Si vous avez déjà joué à The Witcher III, vous avez sans doute rencontré une créature redoutable tapie au fin fond des forêts: le leshen. Cette nouvelle créature ne déroge pas à la tendance du studio CD Projekt Red qui consiste à réutiliser un bestiaire issu de l’imaginaire slave dans le jeu. Retour sur les origines d’un monstre sylvestre et sur les croyances qui y sont liées.

Le leshen, des noms multiples pour une créature unique

Connu dans différents pays de la zone slave, le leshen apparaît sous différents noms et aspects. Le mot même de « leshen » constitue un mélange entre racine slave et terminaison anglaise. En polonais et en russe, la première partie de son nom, leszy [lechy], est constituée du mot las, la forêt. Sa nature est donc explicite, elle saute aux yeux. Enfin, à condition de maîtriser une langue slave.

Le leshen a divers noms, parfois même au sein d’un même pays. Un exemple en est donné avec le cas de la Pologne. Le leszy est plus connu sous le nom de borowy, littéralement « celui qui vient de la forêt profonde »: bór est un mot qui désigne les forêts denses. On l’appelle parfois rokita, d’autres fois wierzbicki, selon la région où on l’observe.

Et il y a aussi le diable Boruta. On note tout de suite la proximité avec borowy qui vient de la racine bór qu’ils partagent. Boruta est un personnage particulier des légendes polonaises qui est toujours présent dans l’imaginaire, notamment grâce à la littérature. Il se racontait qu’il hantait les forêts d’une région du centre de la Pologne, et qu’il avait attaqué le fort de Łęczyca où il aurait même laissé une trace de patte.

Attributs principaux du leshen

Comme son nom l’indique, le leshen est une créature qui se rattache aux forêts. Il s’occupait des domaines sylvestres et des animaux qui y vivaient. C’était donc avant tout un esprit protecteur. La plupart du temps, il était représenté comme un vieillard de très grande taille, avec des feuilles à la place des cheveux et au visage strié de rides, au point d’en ressembler à un arbre. Il était souvent accompagné de loups qui l’aidaient à veiller sur les animaux dont il avait la charge.

leszy dominika sikora
Représentation traditionnelle du leshen par l’artiste polonaise Dominika Sikora.

Mais, comme il était perçu différemment selon les régions, cette description pouvait beaucoup varier. Boruta, par exemple, était représenté comme un pur sarmate – c’est ainsi que s’appelaient les nobles polonais. Vous voulez savoir à quoi ressemble un sarmate ? Eh bien, à Olgierd, dans The Witcher III: Hearts of Stone.

Olgierd von Everec
Olgierd von Everec, personnage clé de l’extension Hearts of Stone et représentant typique de la noblesse polonaise

Le leshen dans la vie quotidienne

Le leshen gardait jalousement les secrets de la forêt. Lorsqu’il apercevait un visiteur indésirable, il pouvait faire apparaître des racines qui le faisaient trébucher, ou encore changer les chemins de manière à ce qu’il se perde. Il lui arrivait toutefois d’être utile et sympathique. Par exemple, il pouvait aider les voyageurs à retrouver leur chemin, ou ramener les animaux domestiques égarés dans les bois.

Le leshen pouvait aussi prendre la forme d’un animal, le plus souvent d’un ours. C’est peut-être pour cette raison que, dans la Pologne médiévale, de nombreuses propriétés curatives étaient attribuées aux ours. Maladies physiques comme la paralysie, affections psychologiques ou psychiatriques comme la démence… Chaque partie de l’animal avait son utilité bien à elle. Par exemple, on séchait l’œil droit et on le donnait en pendentif aux enfants pour éloigner leurs angoisses et leurs cauchemars. La graisse était utilisée contre les différentes types d’hernies, etc.

sarmate polonais
Noble polonais en tenue traditionnelle.
Tableau réalisé vers 1735-1740 par un peintre anonyme

Leshen et cultures de l’imaginaire

Une chose est sûre: le leshen n’est nullement l’invention d’un studio de jeux vidéo ou d’un auteur à l’imagination débordante. C’est une créature ancrée dans l’imaginaire depuis des centaines d’années.

Toutefois, il apparaît sous différentes formes dans la littérature et le jeu vidéo. Au final, tous les monstres qui ont une forme qui mélange humain et arbre peuvent être considérées comme des cousins du leshen. D’autant plus que dans bien des cultures antiques, l’arbre est un symbole important.

Prenons par exemple les Ents, dans Le Seigneur des Anneaux. Ce sont des arbres anciens qui protègent les forêts, aussi bien dans le film que dans le livre. Ils apparaissent comme des alliés dans Les Deux Tours, mais sont aussi présents dans La Compagnie de l’Anneau avec l’épisode de Tom Bombadil. Les hobbits s’aventurent alors dans une forêt où les arbres sont vivants, mais inamicaux: ils protègent leur domaine en mettant la vie des visiteurs indésirables en péril. Un peu comme le leshen.

Le spriggan de Skyrim peut lui aussi être perçu comme un cousin – ou plutôt, une cousine – du leshen, plus sexy et plus mystérieuse. De forme plus féminine que le leshen traditionnel, le spriggan est un esprit qui réside dans des lieux généralement boisés. Il est très souvent entouré d’animaux (un peu comme le leshen) et utilise des magies aussi bien offensives que défensives… pour se débarrasser de ceux qui mettent en danger la quiétude des lieux.

Leshen, spriggan: de l’influence à l’archétype

En mentionnant le spriggan, on pourrait sérieusement se demander s’il naît réellement de la même influence que le leshen. Ne pourrait-il pas plutôt s’agir d’un archétype qui veut que les forêts profondes sont dangereuses car recelant des choses qui dépassent l’humain ? Peut-être. Le fait est que les hommes ont toujours aimé habiller leurs peurs, leurs croyances, leurs espoirs et leurs idées en leur donnant des formes matérielles, palpables et reconnaissables. Papi s’est perdu dans la forêt ? Ce n’est pas sa faute, c’est le leshen. Un nouveau-né est mort dans son berceau ? Ne cherchez pas plus loin, c’est certainement une stryge. La maladie frappe un village ? Très certainement à cause du voyageur du mois dernier, on l’a tous vu se trainer une vierge de la peste qui agitait son mouchoir sanglant.

Spriggan
Spriggan, créature discrète, mais redoutable dans Skyrim

Le jeu vidéo et la littérature, et tout particulièrement la fantasy et le fantastique, s’alimentent de cet imaginaire millénaire. Ils reprennent des canons ancrés dans nos esprits depuis des temps immémoriaux. Parfois, à notre nez et notre barbe. C’est pourquoi il est si intéressant de se pencher sur les origines de ces monstres qui, par le biais du divertissement, peuplent le quotidien de bien d’entre nous d’une culture ancienne et enracinée.

Alors, à la semaine prochaine pour un nouveau Monstre du Dimanche !


 

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *