Les dragons ont réellement existé

Les dragons ont existé

Enfin presque… Je vous concède que le titre de cet article est un peu surprenant, pour autant, comme vous allez le voir, il y a un peu de vrai. On entend parler des dragons depuis les origines de l’homme. C’est donc l’occasion de remonter aux origines du mythe, de faire la différence entre les dragons occidentaux et les dragons asiatiques. La question est de savoir par où commencer…

 

 

Qu’est-ce qu’un dragon ?

Basiquement, un dragon est une créature mythologique ailée, héritière des dinosaures. Maintenant que ça, c’est dit, on va pouvoir rentrer un peu plus dans le détail. Si vous regardez dans vos livres favoris, vos séries ou vos films préférés, vous vous rendrez compte qu’il existe des dizaines de sortes de dragons. Si vous ajoutez les encyclopédies, sites Internet et ouvrages spécialisés, ce nombre augmente encore. Mais, en fait, il n’existe que deux types de dragons, tous deux dérivés d’une même origine réelle.

Crevons un abcès tout de suite : nous ne ferons pas ici de dracologie. Tout au plus, nous parlerons de cryptozoologie, l’étude des créatures dont l’existence OU la non-existence ne peut être prouvée de façon irréfutable. Crevons un deuxième abcès : à ce jour, nous n’avons découvert aucune preuve de l’existence biologique des dragons tels que nous les connaissons. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’elles n’existent pas. Cela ne veut pas non plus dire que certains animaux proches n’aient pas existé.

La première mention d’une créature draconique remonte au paléolithique supérieur en Afrique, et le motif commença à se répandre progressivement en Asie et en Occident. On peut donc supposer que les dinosaures, probablement des espèces encore non-découvertes, sont les premières inspirations des dragons, au moins dans l’esprit de nos ancêtres. Le portrait-robot de la créature est simple : des cornes, un corps de serpent, des écailles et des ailes. Cette description est tellement répandue à l’époque que l’on peut supposer qu’elle est en partie vraie.

Pour autant, ce sont surtout certaines espèces de crocodiles géants et de varans qui ont contribué au mythe.

 

Toujours est-il que, rapidement, la tradition désigne deux types de dragons : les dragons occidentaux et les dragons asiatiques.

 

 

Les dragons en Asie

Le dragon asiatique, et plus particulièrement le dragon chinois, n’est pas mauvais. Ni bon non plus. Très lié à la nature, il est à son image : changeant. D’ailleurs, pour des raisons de simplicité, nous n’aborderons que ce dragon asiatique précis. Sa forme traditionnelle est simple : bois de cerf, oreilles de bœuf, gueule de chameau, corps de serpent et des serres au bout des pattes. Par certains aspects, il se rapproche de certaines gargouilles représentant des démons comme nous en avons tant dans nos églises. À noter que, contrairement à une croyance tenace, le dragon chinois n’a pas d’ailes mais vole grâce à sa crête.

 

Dragon : shenron n’est pas loin !
Exemple typique de dragon chinois

 

Pour arriver à cette morphologie adulte, le dragon, dès sa naissance, doit subir de multiples mues durant près de 2850 ans. Pour ce qui est des sous-espèces, il y a Tian-Long, protecteur des dieux qu’il porte souvent sur son dos. Shen-Long est celui que les Chinois invoquent quand il faut fertiliser la terre, mais il est aussi un symbole impérial que seul l’empereur est autorisé à arborer sur ses tenues protocolaires. Di-Long, protecteur de l’élément terrestre, est complémentaire de Shen-Long. Fu-Zan-Long, quant à lui, est le gardien ancestral de tout les trésors et artefacts sacrés. Pour finir, Huang-Long est le messager des dieux, chargés de faire le lien entre eux et les hommes. Ils forment le panthéon draconique chinois.

 

Mythologiquement parlant, la tradition chinoise raconte qu’un gigantesque dragon noir aurait renversé le mont Bhuzou d’un coup de tête, provoquant de ce fait l’équivalent du Déluge des chrétiens. Mais la déesse-dragon Nugua répara la terre et le ciel, annulant les effets néfastes de la catastrophe.

 

Voilà donc pour ce qui est du dragon en Asie, mais nous allons voir que les dragons occidentaux ne sont pas en reste !

 

 

Il était une fois dans l’Ouest

Les dragons occidentaux, tous autant qu’ils sont, sont ailés. Leur corps se rapproche d’un mix entre celui d’un dinosaure et celui d’un serpent, avec des ailes proches de celles d’un ptérodactyle, des pattes et une queue de saurien. Lesmythologies grecque et romaine regorgent de créatures associées, à postériori, aux dragons. Les Celtes ont, entre autres, le dragon blanc et le dragon rouge. Celui-là même qui orne le drapeau gallois. Évidemment, la mythologie nordiquen’est pas en reste avec Nidhogg, Fafnir, Jörmungand et consorts… Pour faire simple le dragon est partout, souvent habitant dans des lieux reclus et gardant un trésor, un artefact ou le lieu lui-même.

 

Smaug est un parfait exemple de dragon occidental
Le dragon Smaug dans toute sa splendeur !

 

À noter que, pour s’imposer en tant que religion, le christianisme n’a pas hésité à faire du dragon un animal démoniaque. Dans l’Apocalypse selon Saint-Jean, la Bête en laquelle se transforme le Diable pour ravager la Terre n’est autre qu’un dragon. Symbole du paganisme, de la sorcellerie, il se vit même opposer par l’Eglise au Moyen-Age des chasseurs de dragons. En fait de chasser les dragons, ils étaient surtout chargés de faire peur au peuple pour l’inciter à prier.

 

Et dans la vraie vie ?

Aujourd’hui, il est impossible d’affirmer quoi que ce soit, ce qui laisse donc les portes ouvertes à tous les possibles. En revanche, ce dont on est sûr, c’est que certaines espèces comme le varan de Komodo partagent quelques caractéristiques avec les dragons. Le draco volans, aussi appelé dragon volant, est un lézard arboricole répandu dans les forêts asiatiques et qui a la particularité de planer d’arbre en arbre grâce à des « ailes ». Pour ce qui est des questions plus pointues, comme leur capacité à cracher du feu, Internet regorge d’excellents sites consacrés à la cryptozoologie et à la dracologie (n’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus).

 

Le dragon volant est l’un des animaux vivants se rapprochant le plus de la créature mythique
Voici donc le fameux dragon volant

 

Les dragons dans l’imaginaire

On en arrive enfin au domaine qui intéresse les geeks que nous sommes : l’imaginaire. Enfin, surtout l’imaginaire moderne. Vaste sujet. Pour faire plaisir à Anna, je vais commencer par la littérature.

L’image des dragons dans la littérature fantastique moderne est presque exclusivement basée sur celle donnée par les mythes européens. Probablement car ça permet de donner plus facilement à ces récits un parfum familier. Ceci étant, dans certains récits, les dragons sont aussi inspirés de leurs cousins chinois, comme Fuchur. Et puis Tolkien a aussi apporté une immense contribution. C’est au cœur du Premier Âge de la Terre du Milieu qu’est né Glaurung, « le père des dragons », ancêtre de Smaug. Les récits contant leurs exploits sont accessibles dans History of Middle-Earth, 13 volumes regroupant la quasi-intégralité du légendaire de Tolkien. Harry Potter n’est pas en reste : Charlie Weasley étudie les dragons en Roumanie et amène ceux servant à la première épreuve du tournoi des trois sorciers. Et comment ne pas citer aussi Eragon, Game of Thrones, L’Assassin royal, Les Chroniques du Chevalier-Dragon, etc…

 

L’un des dragons de Daenerys
L’un des dragons de Game of Thrones

 

Dans le bestiaire de notre sorceleur préféré, les dragons représentent la Force du Chaos et sont parmi les seuls êtres à pouvoir absorber l’énergie. Nul besoin de citer les jeux adaptés de Donjons et Dragons, ça serait faire injure à votre culture. En revanche je peux citer Skyrim et ses multiples dragons, au premier rang trônent Alduin le dévoreur de mondes et Paarthurnax.

 

Les dragons du Sorceleur
Geralt aux prises avec un dragon

 

Pour finir, je me souviens de la première fois où j’ai entendu parler d’un dragon. J’avais 5 ans, et ma grand-mère me lisaitles aventures d’une compagnie de nains, d’un mage et d’un hobbit partis reconquérir un ancien royaume sous la montagne et dont le trésor était jalousement gardé par Smaug. Je me souviens de la première fois où j’ai vu un dragon. J’avais 14 ans, j’étais déjà un geek et je venais de découvrir un film qui racontait l’histoire de l’amitié entre Bowen, chevalier aigri, et Draco, le dernier des dragons. Et je me souviens aussi de la première fois où j’ai chevauché un dragon ( merci les dlc… ). Et vous ?

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *