Full Metal Furies, au sommet de la coopération

Full Metal Furies
Voici un jeu qui réchauffe le cœur et les manettes: j’ai mentionné Full Metal Furies du studio Cellar Door Games. Paru en janvier 2018 sur Xbox One et sur PC, ce jeu qui allie RPG et beat’em’up peut se jouer aussi bien seul qu’à plusieurs, avec jusqu’à quatre personnes qui se partagent le même écran. De prime abord plutôt simpliste, il se révèle rapidement être un jeu drôle, bien écrit, mais aussi franchement difficile.

Un environnement à l’ancienne

Comme dans tous les jeux vidéo, la première chose que l’on remarque, ce sont les graphismes. Les équipes de Cellar Door se placent bien loin des considérations sur le réalisme, les jeux de lumières et autres artifices. On nous propose un jeu qui se calque sur l’esthétique du 2D à l’ancienne. Les décors sont soignés, les couleurs sont belles, mais tout est présenté de façon que l’on pourrait qualifier d’ « épurée », en poussant le vice jusqu’à avoir des personnages tout en pixels. Et il faut admettre que ça donne un charme fou au titre.
Des graphismes simples, voire épurés.

Un univers déjanté

Les Furies, c’est une équipe de quatre tarées armées de flingues ou d’armes blanches. L’histoire du jeu se base sur les mythologies grecques des titans, amazones et autres créatures, mais… complètement modifiées et travesties. Un pur bonheur dans l’écriture. Et même si l’on peut passer outre l’histoire quelque peu fragmentaire (« aller tuer méchant titan »), on savourera pleinement les dialogues qui oscillent entre l’humour fin et bien débile, les personnages complètement déjantés et les situations improbables. Un vrai régal.
Regardez le nom du boss !

Un gameplay simple, mais complet

Le gameplay peut paraître simple, pour ne pas dire simpliste, à la première approche: quatre classes aux talents différents, qui disposent chacune de quatre capacités (trois d’attaque et une de défense) associées aux quatre boutons X, Y, B et A. Oui, mais…. Les choses se compliquent et se complètent rapidement : déjà, chacun des pouvoirs s’améliore avec son utilisation. Ensuite, vous ne pourrez pas attaquer tous les ennemis avec le même personnage. Ici, la coop prend tout son intérêt : si vous jouez à plusieurs, il faudra viser l’ennemi de votre couleur et anticiper les attaques. Si vous jouez seul, vous pourrez changer de personnage en combat pour adopter la bonne stratégie.
En outre, bien que les commandes soient facilement maitrisables, le jeu lui-même est loin d’être facile. Les ennemis ont des niveaux et des aptitudes différentes et arrivent par vagues plus ou moins importantes. En jouant à trois, il y a des passages qu’on a dû recommencer encore, et encore, et encore, sachant que chaque tentative permet de récupérer de l’or afin de monter de niveau. Et à deux, le jeu a plus d’une fois mis nos nerfs à rude épreuve. Le level-up permet ici d’acquérir des compétences spécifiques à chaque classe et d’augmenter les attributs qui nous plaisent le plus, donnant un petit côté RPG à l’ensemble.

Le mot de la fin

Au moment où j’écris ces lignes, Full Metal Furies est sorti depuis deux mois et coûte une vingtaine d’euros sur le Microsoft Store et sur Steam. C’est un jeu qui vaut très largement le détour si l’on cherche un divertissement immédiat et efficace. Le fait de pouvoir jouer en coop sur le même écran est un très, très grand plus pour le jeu qui va directement aller dans ma liste de jeux coop préférés. Bref, je le recommande chaudement !
Pour en savoir plus sur le jeu, visitez sa page sur le site du développeur.

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *